» Fraîcheur Oubliée vol1-2″

Quelques semaines apres avoir mis la main sur le Great Milenko des Insane Clown Posse,

j’ai pu dénicher non sans mal Forgotten Freshness 1 et 2. Encore une fois merci à Virgin pour m’avoir permis de dénicher ce petit bijou. Oui, j’ose lâcher le mot bijou. De quoi s’agit-il ? Simplement d’une double compil regroupant des versions de morceaux inédits, des tracks qui n’ont pas eu leur place sur des albums, des collaborations avec d’autres artistes ( Myzery, Project Born et Twiztid).

Je rappelle qu’à cette période je suis encore un nouveau venu dans l’univers d’ICP. Ce serait difficile et long de faire un descriptif complet de Forgottent Freshness 1-2, mais je vais essayer de me replonger dans l’atmosphere de ma première écoute du disque, et des la première track  » Hey Vato « , c’est de la maîtrise d’entrée de jeu, le beat est efficace et l’atmosphère est  cynique.

 » Dead Pumpkins », le second titre est son intro inquiétante, le morceau démarre avec J , un rythme lourd et un riff de guitare massif. Shaggy crache comme il se doit avec des scratch tres old school, c’est du caviar au faygo.

« Fat Sweaty Betty », un titre que je n’aimai pas vraiment à l’époque, la sonorité trop comique m’agaçait mais en la réécoutant, je dois dire que le titre est plutôt bon, ça parle un peu de sex avec dérision comme d’hab ,-)

 » Willy Bubba «   est assez original dans son genre hip hop et chanson country, ambiance cartoon, le refrain est très drôle.

Alors  » Graveyard  » est un vraie pépite. Probablement un des morceaux que je prefere, ce titre est une collaboration avec Project Born, j’ignore ce qu’est devenu ce groupe mais le feat est vraiment efficace, Shaggy démonte bien avec son flow, on retrouve également un Violent J tres en forme.

6eme track: « Fuck Off » Pour la gente masculine, c’est un titre qui s’écoute avec une main sur la zone intime et l’autre main fait un beau doigt d’honneur, morceau quasi solo de Shaggy. Si t’aimes pas le titre tu peux aller te  » faire foutre  » parce Shaggy balance son flow de partout et ça déchire!

 

« I didnn’t mean to kill’em », septieme son, on retrouve un Violent J chaud comme la braise, le mec s’amuse sur un titre bien barré. Du pur ICP.

« Southwest Strangla », traduisez l’Etrangleur du sud ouest ( oui en français c’est pas moins drôle), est un morceau riche par son atmosphère, d’une bonne lourdeur, c’est Shaggy qui pose  et je ne comprend pas pourquoi les gens trouvent que son flow est mauvais. Dans ce titre il va au bout du bout, on sent une colère et un désespoir. C’est juste un ressenti personnel. C’est également un des morceaux que j’ai adoré.

Le Papa Noël est une grosse sal%pe. En tout cas les clowns le disent dans  » Santa Claus is a fat bitch « , un morceau qui critique le culte autour de l’homme en rouge et blanc, une track avec une ambiance un peu comique mais qui dégage un message social, les riches et les pauvres. Oui ICP fait des messages qui parfois sont profonds. Encore faut il essayer de s’en intéresser et de les comprendre.

Oh… Nous arrivons vers un titre qui m’a profondément marqué à l’époque.  » Witching Hour « . Un morceau que l’on peut considérer comme étant un classique, flow, lyrics, beat, maitrise ultime, et en plus on retrouve ici les Clowns  accompagnés de Myzery, excellent rappeur qui a fait collaboré avec ICP à quelques reprises, notamment avec Psychopathic Rydas. Myzery pose son flow et sa fonctionne parfaitement. Tres bon morceau.

 » Mister Johnson’s Head Remix « . C’est toujours délicat d’être juste quand on se penche vers un remix sans connaître l’original. J’avais adoré ce remix en tout cas. Un son assez Old School.

 » Clown Love « . Un titre vraiment différent de ce que l’on a pu retrouver jusqu’à présent dans Forgotten Freshness. Le morceau est tres interessant de par son originalité. Shaggy se montre bien à la hauteur.

« Hokus Pokus Headhunta’z Remix ». Connaissant la version originale sur le Great Milenko et à la premiere note, je me disais « Oh non… le massacre… » Et enfin de compte, ce remix est génial. En l’écoutant une seconde j’ai été d’accord pour dire que le morceau est totalement déjantée et efficace. Ce remix peut meme etre considéré comme un classique.

 » Red Christmas » encore un morceau qui tourne en dérision la fête de Noël. Assez marrant.

Ah… Voilà encore un titre que j’adore. Des la premiere note, j’ai adoré  » House Of Wonders « un morceau comme on les aime d’Insane Clown Posse, flows, beat et structure musicale excessivement efficace, Violent J et Shaggy 2 Dope font le boulot comme des chefs et ça donne une perle. Pour moi c’est un son incontournable dans l’univers d’ICP.

« Mr Rotten Treat » track pesante et maîtrisée, tres atmospherique pas facile d’acces mais efficace à souhait.

Aïe.Aïe.Aïe. les 3 trois petits cochons revisités par nos amis les clowns. Rappelons que l’original figure sur le Great Milenko. C’est évidemment un morceau incontournable quand on est fan d’ICP. Ca pose tranquillement, et le riff de guitare est devenu légendaire.

Je ne suis pas seul. Si, non, oui ?  » I’m not alone « , encore un titre qui est selon moi une perle dans cette compilation, le flow de Shaggy est opérationnel, et j’ai toujours adoré le refrain de J avec le sample de violent qui donne un côté dramatique à ce titre. Je ne me rappelle plus d’où provient le sample… Excellent titre.

« 85 Bucks an hour  » titre avec Twiztid. Il s’agit me semble t’il, d’un free style entre ICP et Twiztid entrecoupé par des canulars téléphoniques à mourir de rire. C’est avec ce titre que j’ai découvert Jamie Maddrox et Monoxide Child, qui forme Twiztid. Et les petits gars ont montrés qu’ils étaient tres motivé et bien rigolos.

« Halloween on military street »… Depuis que je possede cette compilation c’est à dire 18 ans, c’est de loin mon morceau préféré. L’ambiance est évidemment sombre, le beat pese comme une rengaine utime et Violent J pose magistralement. Une vraie performance.

« Dog Beats », pas de viande, pas de frites et pas de salades, par contre on a du  » Dog Beats « . Le morceau le plus vieux de la compil’. Lorsque ICP s’appelait INNER CITY POSSE et le line up comptait un membre de plus à savoir le frere de Shaggy 2 Dope, John Kickjazz. C’est Old school à souhait, tres différent de ce qu’ICP a pu créé par la suite.

 » Mental Warp « . la derniere track de la compilation. Encore une pépite, un morceau envoûtant et oppressant. On ferme les yeux et ça passe tout seul.

Laisser un commentaire

Fanny dans la Nièvre |
Les peripeties de Lilabrune |
Requiem |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Prise de tête
| Avyzooey
| Renaissance62